Eric Trannois, photographe

maisons des causses

Maisons et constructions rencontrées sur les grands causses

Ce qui frappe quand on arpente les chemins de ces hameaux et villages caussenards, c'est la parfaite intégration des constructions dans leur environnement. Elles se font discrètes, semblant craindre de déranger.

Elles sont nées de la pierre qui les porte, en ont la couleur mais aussi la rudesse, la rugosité. Des soubassements aux toits de lauzes, rien n'a été importé. Le bois, rare sur ces terres arides, est quasiment absent. Même les voûtes qui soutiennent le toit sont faites de la même pierre grise, virant au blanc éclatant quand le soleil les inonde.

L'autre caractéristique de ces demeures austères tient à leur architecture équilibrée, parfaitement proportionnée. Pourtant, aucun architecte, aucun « spécialiste » n'en a dessiné les plans. Ce sont nos ancêtres, paysans, qui regroupés par famille, par village, les ont imaginées, s'inspirant du travail des générations précédentes. Au fil des siècles, de nouvelles découvertes, de nouvelles astuces ont fait évoluer les techniques. Aucun théoricien ne leur a imposé la moindre règle. Tout semble reposer sur le fameux bon sens paysan allié à un don inné pour l'esthétique. Il s'agissait simplement de donner une réponse économique à un problème technique de la manière la plus harmonieuse possible.

Souvent elles se cachent derrière la végétation, parfois maigre, ou dans un repli du causse, s'abritant du vent âpre quand elles le peuvent. Elles se regroupent à plusieurs, probablement pour se tenir chaud quand le vent du nord vient à souffler, ne rencontrant que peu de résistance.

On voit immédiatement qu'elles sont prêtes à résister à tout. Même au temps qui passe.

Visiter la galerie
"maisons des causses"

Partagez sur

Retrouvez-moi sur

Facebook GooglePlus Flickr

Eric Trannois

Photographe